Make your own free website on Tripod.com

VIXEN TOR

 PbriseVT.gif (10024 octets)

 

Il était une fois une jeep…Willys Overland U.S.A 20472419. On avait ajouté un S à ce numéro, indiquant qu’elle était compatible à tout équipement issu du "Signal Corps"


Cette jeep, bientôt mythique, ne pouvait porter qu’un nom lui-même légendaire dont peu de gens connaissent l’origine. La 29th French Historical Association vous offre la clef du mystère !

Vous avez probablement lu "Le Chien des Baskervilles" de Conan Doyle et avez appris que dans les landes de Dartmoor, un piton granitique se nomme

"Vixen Tor". Nous savons tous que notre général aimait contempler ce pic et avait ainsi baptisé sa jeep personnelle…oui mais d’où vient ce nom ?

Nous savons que dans les Moors, "Tor" signifie "pic", "sommet" ou encore "piton". Donc, jusqu’ici, chacun comprend qu’il s’agit du Pic Vixen.

Oui, mais pourquoi "Vixen" ?
Vous allez tout savoir ! Prêtez attention à la légende qui suit !

Il était une fois, il y a bien longtemps, dans les Moors, une terrible sorcière du nom de Vixana. C’était vraiment une horrible créature. Elle haïssait le monde entier et aimait voir souffrir les gens. Vixana était hideusement grande et horriblement décharnée. De sa bouche tordue débordaient en guise de dents, deux crochets verdâtres. Ses colères farouches faisaient virer au rouge ses effrayants yeux jaunes. Elle ne se séparait jamais d’un bâton dont elle se servait pour décapiter toutes les fleurs qu’elle trouvait sur son chemin. Son plaisir favori était de guetter les voyageurs passant près de la grotte au pied du piton où elle avait élu domicile et à l’aide de son bâton magique, faisait surgir un brouillard épais.Les gens se perdaient et aboutissaient dans un marécage, s’y enlisaient et trouvaient là une mort atroce. On dit que les derniers sons perçus par les malheureuses victimes étaient les horribles glapissements de la vieille Vixana.
Plus personne n’osait s’aventurer dans cette région.
Au même moment, vivait de l’autre côté des Moors, un très beau jeune homme doté d’incomparables pouvoirs. Il était capable de voir à travers la brume la plus épaisse et portait au doigt une bague lui donnant la faculté de disparaître quand il le souhaitait. Ces pouvoirs magiques lui avaient été transmis par les Pixies, les lutins des Moors, à qui il avait une fois rendu service. Apprenant les crimes commis par la sorcière, le jeune homme décida d’aller se rendre compte par lui-même.
Comme il approchait de l’antre de Vixana, celle ci fit tomber un épais brouillard. Mais le jeune homme évita le piège des marécages. Lorsque Vixana le vit émerger de la brume, sain et sauf, elle se mit à hurler, lançant contre lui des incantations diaboliques. Le jeune homme glissa la bague à son doigt et disparut au regard de Vixana. La sorcière avait cessé ses incantations et recherchant sa victime, s’approcha au plus près de l’aplomb de la roche. C’est alors que le jeune homme surgit derrière la sorcière et la précipita dans l’abîme. On l’entendit hurler à mort.

Les habitants des Moors furent si ravis d’être débarrassés de la vielle Vixana qu’ils récompensèrent généreusement le jeune homme. Il acheta une ferme puis enfin épousa une gracieuse jeune fille.

Ils eurent beaucoup d’enfants et vécurent heureux fort longtemps !


Nous ne saurons jamais si le général Gerhardt connaissait cette légende.

Nous aimons imaginer qu’elle lui fut un jour contée et qu’elle lui servit d’allégorie. L’Europe occupée était un gigantesque "Tor" sur lequel régnait un être aussi démoniaque que la vielle Vixana. La Division "Blue and Gray" serait le beau jeune homme qui précipiterait dans l’abîme la créature infernale, jusqu’ici invaincue….
Une bonne raison pour appeler sa jeep "Vixen Tor "…tout aussi valable qu’une autre….Pourquoi pas ?


VIXEN TOR est l’une des 660.000 jeeps construites dès 1941 jusqu’au terme de la Seconde Guerre mondiale.
On se livre toujours aux mêmes conjectures à propos du mot "Jeep ".Ce nom apparaît en février 1941 dans une édition du Daily News.
Toutefois, en avril de la même année, le Philadelphia Inquirer fait mention du même véhicule mais le surnomme "Peep". D’autres appellations fusent de partout : "  Blitz Buggy ", "Midget", "Bug"… Tous ces surnoms affublant la merveilleuse petite voiture 4X4 qui devait équiper toutes les armées alliées, ont laissé place à celui qui est passé à la postérité : " JEEP "

Est-ce en raison de la nomenclature militaire qui désignait le véhicule "G.P" (General Purpose) ? C’est probable mais nous ne le saurons jamais.


Certains font le rapprochement avec le stupéfiant personnage de bandes dessinées, "Eugene-the-Jeep" devenu si populaire aux Etats-Unis en 1936, que beaucoup dénommaient "jeep" toute espèce de chose étonnante !Etonnante, la  jeep l’était ! Bonne à tout faire, employée à toutes les tâches, des plus nobles aux plus rebutantes, elle dépassait toujours les limites prévues…A propos de "limites", citons le général Eisenhower (Croisade en Europe ) Chapitre XVI.
En septembre 1944, Eisenhower fit un atterrissage forcé à bord d’un avion léger, sur une plage Normande. Lui et son pilote tentèrent de tirer l’avion à l’abri de la marée montante. Ce faisant, le général s’est démis un genou…mais il fallait bien rentrer au Q.G…Nous le citons :

 

"Ce fut une marche pitoyable sous une pluie diluvienne et nous n’avions guère l’espoir de faire du stop, car la route était peu fréquentée par nos soldats. Cependant, quelques temps après, il arriva une jeep dans laquelle huit hommes avaient pu se tasser… Je leur demandai de me conduire au Quartier Général et ils me hissèrent avec empressement sur le siège à côté du chauffeur…Je ne comprends toujours pas, à la réflexion, comment le reste réussit à s’entasser dans la jeep et à y installer mon pilote. Toujours est-il qu’ils y parvinrent".
Il y avait ce jour là, sur une petite route normande, cahotant de façon habituelle, une étonnante petite voiture transportant dix hommes !!
De quoi faire rêver ses concepteurs de chez Bantam, Willys et Ford !

Et puis, citons notre fameux humoriste Pierre DAC qui, comme chacun sait faisait partie de la France Libre et fut à ce titre correspondant de guerre auprès de la 1ère Division d’infanterie mécanisée. Son opinion de la jeep :

" Un compromis entre le vélomoteur, le triporteur, le parachute, la locomotive haut le pied, le pédalo et la machine à battre ! "


"Notre" VIXEN TOR est toujours de ce monde. Elle se trouve exposée au musée de l’Armory du 5ème Régiment à Baltimore. En 1994, deux sergents de la 29ème Division (Light), Bill WARD et Jim SPARROW amenèrent la Jeep en France à l’occasion du 50ème anniversaire de D-Day. Tous ceux qui ont participé de près ou de loin, à l’organisation de ce voyage Memorial se souviennent de l’aventure normande de VIXEN TOR, à l’heure du Jubilé !
Nous laissons à Philippe LEBREUILLY, notre Vice- Président, le soin de vous relater l’histoire telle que l’a vécue le Groupe de Reconstitution de la "Blue and Gray "

 

" 29 Mai 1994. Vers 15heures, je rends visite à Fabrice LETRIBOT, notre spécialiste de la mécanique U.S, pour l’aider à charger les derniers équipements et nous serons fin prêts à sillonner la région Normande pour rendre honneur à ceux qui ont écrit l’Histoire, il y a tout juste cinquante ans. Sur nos épaules, et surtout sur la bonne volonté de nos véhicules patiemment restaurés (Jeeps, G.M.C, Half-Tracks, Scout-Car…) repose la réussite du transport du groupe entier.

Un appel téléphonique du propriétaire de la ferme de la Motte à Saint-Clair sur Elle, où nous avons installé le camp de base, va bientôt bouleverser tout le Programme. VIXEN TOR, la jeep du Général GERHARDT est en panne sur l’autoroute A 13, quelque part entre la sortie de Paris et Caen !
Les deux sergents, WARD et SPARROW avaient donc pris en charge la fameuse jeep à l’Armory de Baltimore, souhaitant lui faire parcourir, 50 ans après, les mêmes routes que celles empruntées par le général en 1944.
Bill et Jim ignorent tout de notre langue. Malgré tout, ils finissent par faire comprendre qu’ils attendent que l’on vienne les dépanner. Aussitôt prévenus, nous organisons le "sauvetage".

Fabrice décide de partir chercher la jeep ; il lui faut une remorque porte véhicules et je propose d’utiliser ma propre voiture en guise de tracteur. Mais un problème se pose, la jeep a une remorque, il faut trouver une autre solution. Nous la trouvons. L’un de nos amis, Michel ALLIX, garagiste à Pont-Hebert, à quelques kilomètres de Saint-Lô, accepte de nous prêter son camion plateau, à condition de lui rapporter pour la prise de travail, le lendemain à la première heure. Ainsi la jeep pourra être chargée sur le camion et la remorque attelée à l’arrière. Mais nous découvrons un autre problème : le crochet de remorque du camion est un modèle "civil", bien sûr et Fabrice doit alors le remplacer par un authentique crochet de jeep qui correspondra au bras de la remorque. Pendant qu’il effectue ce travail, nous téléphonons à tous les postes de gendarmerie de l’autoroute pour tenter de localiser la voiture et ses occupants. Sans résultat ! Personne n’est au courant ! Toutefois, la gendarmerie diffuse des consignes à ses patrouilles afin de retrouver les "disparus" : une jeep, une remorque et deux soldats Américains en uniforme, cela doit pouvoir se retrouver facilement !
Vers 19h30, Fabrice prend le volant de la dépanneuse et part à la recherche des "naufragés". Enfin, un appel d’un poste de gendarmerie nous avise que la jeep et ses occupants ont été localisés sur l’aire de repos de "Robert le Diable ", près de Rouen. Nous demandons aux gendarmes de prévenir les G.Is de l’arrivée des secours et les prier de ne pas quitter les lieux.
Vers 23 heures, Fabrice arrive à l’endroit indiqué. Nos deux militaires sont en grande conversation avec les gendarmes qui les ont aidés à passer le temps en attendant l’arrivée des "secours". Fabrice effectue le chargement et tout l’équipage prend la direction de Saint-Lô pour y arriver aux alentours de 3 heures du matin ! Vixen Tor est mise à l’abri et en sécurité. La dépanneuse est ramenée chez son propriétaire et Fabrice amène les deux sergents chez moi. Une courte nuit de repos leur est permise. Il est 4 heures du matin…On verra demain les dégâts de la voiture. Fabrice a déjà fait le diagnostic : le radiateur est hors d’usage…rien d’étonnant, c’est le radiateur d’origine !
Après une nuit bien courte, branle bas de combat ! Fabrice s’attaque au démontage. Il nettoie entièrement le circuit de refroidissement. Mais une question se pose d’emblée : comment faire pour réparer ? Refaire le radiateur prendra plusieurs jours…et les cérémonies vont commencer. Il faut agir vite ! Nous prenons la décision qui s’impose : démonter le radiateur de ma jeep personnelle refaite à neuf et le transférer sur Vixen Tor ! Fabrice s’emploie avec ardeur à ce travail et à 18 heures, la jeep du général Gerhardt est de nouveau opérationnelle. Elle fonctionnera sans aucun problème pendant tout son séjour chez nous, participant à l’ensemble des cérémonies, à la grande satisfaction de tous. Merci, Michel ALLIX, bravo Fabrice !


EPILOGUE : A la fin du séjour, nos deux sergents, Bill et Jim, ont jugé plus prudent de ne pas reprendre la route de Paris. Nous avons trouvé un moyen pour le moins original et gratis afin de convoyer la jeep jusqu’à l’aéroport : Hommes, voiture et remorque ont voyagé dans un camion de fromages ! Il paraît, d’après Bill, que ce fut une expérience "inoubliable".


VIXEN TOR est de nouveau mise en sommeil à l’Armory du 5ème Régiment à Baltimore. Elle s’est rétablie de toutes ses émotions de 1994. Gageons qu’elle ne dort que d’un œil, prête à de nouvelles aventures, de Fort Meade à Omaha Beach…tant qu’il y aura des "Blue and Gray" pour l’inviter au voyage et des jeunes "Reenactors" pour l’assister sur le sol de France.